Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 13:00

Bonjour à tous !

 


Finalement, tout le monde connaît bien New York. De part son histoire, son melting-pot, sa filmographie. Du coup, bon nombre des photos qui vont suivre ne vous seront pas forcément inconnues…

 

NY, c’est un puzzle de quartiers connus : Brooklyn, le Queens, Manhattan, le Bronx, Harlem. Mais aussi Broadway, JFK, Long Island …

Lors de ces 3 jours, impossible de tout voir. Nous nous sommes concentrés sur Manhattan, cette île où se trouvent les deux forêts de buildings, à savoir celui  de Times Square et le quartier des affaires.

 

 

Commençons par prendre un peu d’air, avec cette magnifique vue sur Times Square, depuis le sommet de l’Empire State Building :

 

Tout le quartier de Times Square.

Le quartier des affaires se trouve dans le dos du photographe.

Merci Olivier pour la photo !

 



 


Lorsqu’on descend à Times Square, on se retrouve sur Broadway, avec ces fameux immeubles recouverts de panneaux publicitaires, et de bandeaux défilants. C’est ici que défilent les cours de la Bourse, les taux de change, CNN, et la météo !

 

 

 


Nous n’étions pas les seuls…

Beaucoup de touristes bien sûr, dont un bon paquet de francophones.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un peu plus loin, au pied de la Tour Rockfeller, on retrouve cette patinoire, filmée en long, en large et en travers. Je ne vous citerai pas tous les titres, Ophélie vous le fera elle-même en commentaire !

 



 

 

 




La Patinoire.

Le sapin fait 25 m de haut, avec 20 000 ampoules !

(Oui, j’ai compté !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour dans les rues, de jour cette fois.

Les immeubles sont hauts, le soleil peu présent, les grosses berlines omniprésentes. Et les taxis sont jaunes, of course !

C’est grand…

 

 


Direction le sud de Manhattan, dans le fameux quartier des affaires. C’est ici que la finance mondiale se joue, avec la présence de la Bourse de NY, et des sièges sociaux des plus grandes multinationales.

 



 

 

 

 

 



La célèbre Wall Street, et le NY Stock Echange, la bourse de NY.

Sa Corbeille, sa cloche, ses traders fous, Madoff , le Dow Jones, c’est ici !

(Désolé pour la photo tordue, mais c’est difficile de faire une photo d’une façade dans ces rues étroites !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Manhattan, c’est bien entendu aussi le World Trade Center, et les attentats du 11 Septembre.

 

Passage obligé à Ground Zero, le site sur lequel se trouvaient les tours jumelles.

Des projets de réhabilitation sont en cours, le chantier est gigantesque.

Pour infos, la photo est prise au niveau 0 du sol. Donc les engins sont largement sous ce niveau 0.

 

 


En se baladant sur les quais, des sites commémoratifs sont légions. Des bancs, des photos, des plaques métalliques rescapées, sont présents pour se souvenir de cette date :

 










Cette sphère, rescapée de l’effondrement des deux tours. Elle se trouvait à l’entrée d’une des deux tours. On observe aisément les cicatrices que l’œuvre porte. Une petite flamme se trouve au 1er plan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


De l’autre coté du quai : l’Hudson, et la célébrissime Statue de la Liberté :

 

La Statue de la Liberté.

Ne vous inquiétez pas, l’avion que l’on voit en arrière plan ne cherche pas à amerrir ! Le « miracle de la baie d’Hudson » s’est déroulé à cet endroit même seulement 10 jours après notre passage…

                                                                                          

 

 

Le dernier jour, petit détour du côté de Central Park, le parc urbain le plus connu au monde.

Peu de monde ce dimanche matin, quelques joggers et cyclistes courageux (-5°C…).

Le parc est immense, et rectangulaire 4 km de long pour 800 m de large, de mémoire. Une route goudronnée serpente, au milieu des lacs, arbres, jeux, terrains de sport.

On retrouve aussi d’immenses cailloux polis, striés par les glaciers, rappelant le tournage du Jour d’Après !  Non je blague, mais ces cailloux gardent tout de même la mémoire des glaciations passées.

 

Un peu de nature dans cette gigantesque ville.

 



 

 


 

Comme dans tout parc, les écureuils sont les maîtres des lieux !

 

 

 


Il est pas mignon ce petit gros écureuil pas très timide ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Enfin, tout au sud de Central Park, dans une dépression, se trouve une autre patinoire.

Afin d’immortaliser ces vacances mêlant chaleur jamaïcaine, et froideur new yorkaise, rien ne valait cette magnifique pause devant la patinoire !

 

Olivier et moi : French men in New York, presque comme dans la chanson de Sting…

Je vous rappelle la température : -5°C

Les gens ont dû nous prendre pour des fous !

 

 

Et voila, l’album souvenir de Noël se referme.

Retour très vite sur mes aventures tunisiennes, toujours riches en découvertes.

 

A bientôt !                                                 

Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 20:00

Bonjour à tous !

 

 

Retour sur le retour des vacances en Jamaïque, avec 3 jours d’escale à New York.

A venir, deux articles sur NY : un florilège des plus impressionnantes façades, puis un petit descriptif des lieux visités.

 


Commençons donc par la démonstration de la démesure New Yorkaise, avec cette multitude d’immenses buildings :

 











La tour du Rockefeller Center, 259m, 70 étages

Au pied, la plus célèbre patinoire du cinéma !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

United States Court House.

Un immeuble typique de NY : base carrée, sommet pyramidal.

 









Une façade face à Ground Zero.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Vu depuis un carrefour.

On remarque aisément le magnifique alignement des 4 buildings !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Combien de façades ? 2, 3, 4, 5 ?

Avec le soleil qui se reflète dans les vitres, c’est impressionnant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

A nouveau, des jeux de miroirs, avec cette énorme tour couverte de verre.

Le laveur de vitre a du boulot…

 










 



Jeux de lumière et d’ombres cette fois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 










L’Empire State Building, désormais le building le plus élevé de la Grande Pomme :

381m, 448m au sommet de l'antenne, 102 étages.

Le 86ème étage est un observatoire donnant sur toute la ville.

Un peu difficile d'y accéder (2 heures de queue, fouille digne d'un aéroport...), mais vue fabuleuse!


La photo n'est pas très impressionnante, car prise de loin.

L’immeuble au premier plan doit être 5 fois plus petit…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Les deux tours du World Trade Center.

Mais je crois que je suis arrivé un peu tard…

(Facile de faire une photo d’une photo souvenir…)

 

 


A bientôt !

Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 12:00
Bonjour à tous !


On finit la série sur la Jamaïque, avec un petit retour sur la vie sur l’île.
Car il n’y a pas que les plages et le tourisme, il y a aussi du monde qui vit en Jamaïque !

Depuis la France, on a le cliché du Jamaïcain ‘terroir’ : un rasta qui fume un énorme pétard, avec du reggae dans les oreilles…
Il y a forcément de ça. Mais pas uniquement !


Il faut savoir que la Jamaïque est une ancienne colonie britannique. Les colons y ont vécu, important les esclaves d’Afrique. Les plantations étaient majoritairement tournées vers la canne à sucre, donc la production de rhum. Cette production s’en retournait ensuite vers les îles britanniques. Le fameux triangle de l'esclavage : 300 000 esclaves à la fin du XVIII ème siècle, et 20 fois moins de blancs...

Par la suite, une longue lutte vers l’affranchissement s’est déroulée, jusqu’à la déclaration d’indépendance de l’île, en 1962.
Indépendance ? La Jamaïque fait toujours partie du Commonwealth, avec un gouverneur nommé par la Reine d’Angleterre…


Cette histoire se retrouve dans la vie quotidienne des habitants : la langue officielle, c’est l’anglais (dur dur pour nous !), la conduite est à gauche notamment.
Egalement, l’architecture des vieux quartiers reste également très coloniale, avec de multiples cottages en bois.
Et d’énormes domaines très british :

La Devon House, ancienne maison, que dis-je, résidence du Gouverneur.
Avec une pelouse très anglaise (
Qui a dit ‘Normal, c’est des pros de l’herbe, en Jamaïque ’ ??).

Ce site est devenu un parc public très prisé pour son calme.





Mais désormais, la culture britannique est remplacée petit à petit par celle du voisin américain. Non seulement par le tourisme de masse, mais également par l’exode des Jamaïcains vers les Etats Unis. L’aspect le plus flagrant est l’omniprésence de la religion sur l’île, avec des dizaines d’Eglises, venues des States, avec chacune son orientation particulière.
Bref, Noël était là bas une fête généralisée, avec un côté religieux prépondérant, et un côté commercial inexistant.











Oh la jolie crèche !
Avec également beaucoup de décorations, lumières, et Pères Noel gonflables. Tout ça avec 30° de jour comme de nuit, c’est assez déroutant pour nous européens !














Bien sûr, les Jamaïcains font du sport. Le sport traditionnel, c’est le cricket. Tradition britannique oblige ! C’est un sport de riches, qui se pratique plutôt durant l’enseignement scolaire.
Le sport le plus populaire est bien entendu l’athlétisme, avec les résultats que l’on connaît (avec Usain Bolt (double médaillé d’or et double recordman du monde aux JO) et Assafa Powell notamment…).

Et, forcément, la Jamaïque restera à jamais une terre de bobsleigh… Souvenez-vous, le film RastaRocket !

Et bien j’ai retrouvé, pour toi lecteur, l’objet de ce mythe !

Le bar où se serait déroulée une partie du tournage (l’explosion du poste radio avec une canne de billard, c’est là).
Et en prime, LE bob sur la devanture.
Désolé pour la voiture… Faut dire que le site est en pleine ville, à Montego Bay.




Mais parler de la Jamaïque sans aborder le monde Rasta serait dommage. Difficile en quelques lignes de présenter ce mode de pensée particulier.
A l’origine, c’est une religion, le Rastafari, venant d’Afrique, terre originelle des esclaves jamaïcains. Une religion qui replace l’Homme dans son milieu naturel, qui refuse la société de consommation à outrance (surnommée Babylone). 5% de la population semble être pratiquante.
Le refus de la société de consommation entraîne une mise à l’écart progressive des Rasta. Ceux-ci se débrouillent pour vivre, de petits boulots, de mendicité (notamment dans les centres touristiques, paradoxalement). Du coup, certains errent en ville, et sont complètement en décalage, c’est un peu le revers de la médaille.
D’un autre coté, d’autres vivent très simplement, de la pêche, de l’agriculture, et restent ouvert au monde moderne. Comme par exemple en bord de plage, en proposant du poisson frais aux touristes non parkés dans leurs hôtels.



Victor, un nouvel adepte !



Je finirai enfin par un retour sur les traditions musicales de l’île. Vous vous en doutez, je vais parler de reggae !
La musique, c’est pour beaucoup, une raison de vivre. Rapporté au nombre d’habitants, la Jamaïque est le 1er producteur mondial de musique ! Le maître à penser est bien évidemment Bob Marley, qui a inventé le reggae. Depuis, ce rythme a évolué. Mais je ne vous ferai pas un cours la dessus.
En tout cas, on en retrouve à chaque coin de rue, à chaque fenêtre ouverte. Régulièrement, des voitures passent avec les amplis à l’intérieur, ou sur le toit. D’autres installent leur matériel à un carrefour, et envoient le maximum de décibels. Pour le fun !
Mais là encore, le rap américain se taille une part de plus en plus importante, véhiculé par la télévision made in US.

Voici en exemple de l’omniprésence de la musique, sur la plage d’Ellshire, en banlieue de Kingston. C’est une plage populaire, d’environ 300 m de long. Pour y accéder… il faut traverser des bouibouis où l’odeur du poisson grillé est omniprésente (donc 300m de paillottes).
Et sur la plage, il y a plusieurs murs d’amplis, comme celui-ci :

Pour se changer, c’est facile ! Suffit de se mettre devant un mur d’amplis… Le sable en tremble.

Pour la petite anecdote, nous étions les 5 seuls blancs sur cette plage. Et quasiment les seuls à nager… Un jeune savait nager, il est venu avec nous un peu au large, tout fier !
De même, notre manque de bronzage évident nous a apporté un léger désagrément : Olivier s’est retrouvé au bout de 20 minutes avec le numéro de téléphone d’une mère de famille. Il a bien fallu lui expliquer que l’Europe, c’était bien plus éloigné que les Etats Unis…




Et malheureusement, il a bien fallu quitter cette magnifique île un jour.
N'hésitez pas à consulter le blog de David, qui nous relate ses multiples aventures sur l'île.


Le récit de ces vacances se poursuivra bientôt avec un retour sur l’escale new yorkaise. Changement radical de climat, et de civilisation en vue !


A bientôt !
Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 12:00
Bonjour à tous !

On a vu les plages et les fonds marins. Maintenant, on se retourne, dos à la mer, pour tomber sur les magnifiques complexes hôteliers qui bordent le littoral.
Car qui dit paysages et plages somptueuses, dit hordes de touristes.

Un de plus…

La Jamaïque vit beaucoup par le tourisme de masse, venu principalement des Etats Unis. C’est la côte nord-ouest qui est privilégiée (Negrill, Montego Bay, Ochio Rios).
A un tel point que les achats se font en Dollars US. Nous voulions payer en Dollars jamaïcains, il fallait que les commerçants fassent le calcul avec le taux de change en vigueur…
Bref, tout tourne autour du tourisme, avec de multiples activités disponibles, si tant est que nous soyons client de l’hôtel. C’est le principe du All Inclusive : tout inclus !


On fait du bobsleigh en Jamaïque, c’est bien connu. Du ski aussi !






De multiples barques disposent d’un fond en verre (‘’glass bottom’’), permettant d’aller observer sans se mouiller la barrière de corail.












Malgré le fait que nous n’ayons pas pris de chambre, un hôtelier a accepté de nous louer un petit catamaran pour 1h… La négociation a été longue, mais fructueuse. Seul souci : grosse panne de vent (on est tombé sur la bascule du vent (vent de terre, la nuit --> vent de mer, le jour)). Ils sont venus nous chercher avec un glass bottom au bout de 2 heures !





Tiens, un hamburger sur pattes !
Pas David, plutôt l’américain derrière lui, entre les catas, et ceux qui grillent en plein soleil…





Quittons ces plages bondées, pour nous attarder aux Duns River Falls, ces cascades dont je vous ai déjà parlées… Ce sont donc des cascades qui se succèdent sur plusieurs centaines de mètres, et qui se jettent directement en mer. Il est possible (et même recommandé !), de gravir petit à petit l’enchaînements de chutes d’eau.














Nous voila arrivés au sommet !
Seuls au monde ! (ou pas…)















Ou pas… En fait, c’est l’industrie !
Des centaines de touristes grimpent la rivière, en file indienne, avec des guides jamaïcains qui filment les groupes (T-shirts bleus)… Authenticité assurée.











Un peu plus haut, la file s’est amincie (pas les américains). Il y a eu des abandons…













Pour résumer, voila le spectacle !
Lipidophobes, s’abstenir !



Malgré tout, il y a quelques coins tranquilles, que David nous a fait découvrir.

La marina de Port Antonio, très peu touristique.
On y retrouve uniquement de grands yachts de millionnaires. L’ambiance au matin est magnifique.


Un petit complexe hôtelier… Ici, les chambres sont des apparts séparés, entourés de pelouse, de fleurs.
Hamac sur le toit, terrasse en bord de mer… Le paradis !



Pour finir, un magnifique panneau annonçant un parc d’attraction…









Non, nous n'avions pas consommé de produits illicites...













A la prochaine !
Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 14:00
Bonjour à tous !


Et me voila de retour !
Et oui, je n’arrête pas les come-back depuis un moment, Lance Armstrong est un débutant à côté de moi…
Il faut dire que mon planning est assez chargé.

Bref, aujourd’hui, retour sur mes vacances en Jamaïque, et notamment les fonds marins.
Nous n’avons pas pu faire de plongée… Uniquement de l’apnée avec masque et tuba. Mais bon, c’était déjà largement suffisant pour profiter un maximum de la barrière de corail !

Voici donc un petit florilège des meilleures photos que j’ai pu prendre (merci l’appareil étanche !).


Tout d’abord, les poissons !


Et des poissons, il y en avait de partout, de toutes sortes, et de toutes couleurs.

















                Un rouge pas très content de la photo…                                Un bleu magnifique

Un tacheté étonnant


17h, sortie des bureaux, le périph’ est bloqué !

















Une petite étoile de mer (il y en avait de partout)





Une raie qui glisse sur son tapis d’algues.





Une petite murène planquée sous son caillou.




 Les coraux

Qui dit poissons, dit coraux.
On dit toujours que les coraux sont les HLM des poissons, je confirme !











On observe souvent ces coraux en forme de voile, bleus ou violets, qui bougent en fonction des courants. Taille : 50-70 cm peut être.














Tel un arbre, ce bloc de corail étend ces ramifications vers la surface, pour capter le maximum de rayonnement solaire.


 







Une branche de corail se développe sur son caillou. D’ici quelques années, les poissons arriveront peut être.
Si une ancre de bateau ne vient pas labourer la zone…



















Un oursin et une branche de corail. Certains oursins sont énormes, avec des épines de 10 cm environ. L’oursin atteint alors la taille d’un ballon de handball. Autant éviter d’y poser le pied !












Et bien sur, tout ce petit monde vit en symbiose.
Sur cette photo, on retrouve poissons et coraux, éponges et anémones. Magnifique.











Beaucoup de coquillages énormes, comme celui-ci, trouvé par Olivier à San Antonio.
On en trouve également bon nombre sur les étals touristiques, participant à l’appauvrissement des fonds marins…














Enfin, et j’étais dégouté, la batterie de l’appareil a rendu l’âme 5 minutes avant notre rencontre avec une magnifique raie léopard… Nager autour de cette raie, d’environ 70 cm de diamètre, qui volait paisiblement dans l’eau turquoise jamaïcaine, c'était magique…

Et lors de la dernière après midi plage, nous avons vu 2 énormes raies, couleur sable, d’un mètre de diamètre au moins… Dans une eau trouble, voir ces monstres bouger, ça surprend !



Sur ce, je vous laisse.
La prochaine fois (le plus rapidement possible), un petit aperçu d’autres spécificités locales…

A bientôt !
Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 12:00

Bonjour à tous !

 

 


Et voila enfin quelques instantanés de ma petite escapade en Jamaïque pour les vacances de Nowel !

Pour commencer, un petit aperçu des magnifiques plages jamaïcaines !


 

Car la Jamaïque est une île possédant de nombreuses plages paradisiaques, avec la mer des Caraïbes  qui l'entoure. Bien entendu, sous les Tropiques, l’eau est chaude, dans les 27°… Bref vous l’avez deviné, les conditions étaient pour moi plutôt inhabituelles pour une fin décembre !


 


Fin de journée paisible du côté de Negril, LA plage touristique de Jamaïque (à l’ouest). Ici, la plupart des touristes américains s’entassent dans les hôtels ‘All Inclusive’. La plage est tout de même bien sympathique, avec ses ‘Seven Miles’ de sable blanc.


 


 

 

 

 


Olivier profite des derniers rayons de soleil. Juste avant l’attaque des moustiques !



 

 

 

 

 

Maxime réfléchit : ‘Tiens, si je me domiciliais aux Caïmans ?


En effet, les îles Caïmans, réputées pour sa flotte de pétroliers rouillés, et ses banquiers aveugles, se situent à quelques centaines de kilomètres à l’ouest de la Jamaïque.

En parlant de proximité, nous retrouvons Cuba, à environ 300 km au nord, Haïti vers l’est, et le Vénézuela à quelques 3000 km vers le sud de la Jamaïque.

 


 

Encore un coucher de soleil, du côté de Treasure Beach (façade sud-ouest).

On a cherché, aucun trésor sur cette plage. Juste un authentique village de pêcheurs, avec soirée reggae sur la plage.

 



Tiens, ma maison ! (oui, VIE en Tunisie, ça rapporte !)


Blague à part, cet hôtel de luxe se loue à la semaine, pour la modique somme de 20 000$. Paraitrait que Mikael Jackson, ou Tom Cruise y sont passés ! Et donc moi aussi !

Pour l’adresse, c’est vers Port Antonio, vers le nord-est de l’île.

 


 

Frenchman’s Cove : une des plus belles plages du monde, d’après le guide de Dave.


Elle le mérite probablement : c’est une anse, d’une ouverture d’une trentaine de mètres sur la mer. A l’intérieur, plage de sable blanc, cocotiers, arbres tropicaux monstrueux, petite collation. Bon, accès payant, avec limitation du nombre de baigneurs (60, de mémoire). Mais du coup, cette plage reste propre, et on ne s’y entasse pas !

Ah aussi, autre charme : la petite rivière qui vient se jeter dans la crique. Et de là découle un phénomène étonnant : la rencontre dans la crique, de l’eau douce et froide de la rivière, avec l’eau chaude et salée de l’océan. Ces deux masses d’eaux ne se mélangent pas, créant des bulles froides et chaudes dans l’espace de baignade. En deux mètres, la température de l’eau passe de 20° à 30°, puis de nouveau à 20° ! Même chose pour la salinité… Déroutant !

Quoi l’adresse ? Ben juste à côté de mon palace présenté juste au dessus !

 

 



Outre les plages de sable blanc, on trouve quelques mangroves. Ces zones littorales sont, rappelons le, un espace très riche en terme de biodiversité, malheureusement très fragile.

En Jamaïque, une petite barrière de corail ceinture l’île. Cette barrière naturelle va casser les vagues, permettant au littoral de ne pas subir les assauts maritimes. Hélas, la destruction de la barrière de corail, pour le passage des bateaux notamment, influe directement sur la mangrove.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Sur ces deux photos, on observe la belle main destructrice de l’Homme.

Nous sommes aux Dunn’s River Falls, un site très touristique, drainant des dizaines de milliers de personnes chaque jour (j’y reviendrai !). Pour permettre l’accès au site via la mer, la barrière de corail a été dynamitée. Il a donc fallu construire une élégante digue en bloc au milieu du lagon pour protéger la plage.

Evidemment, cette solution n’étant pas miraculeuse, le corail n’accomplit plus sa tâche défensive, et l’état du ponton s’en ressent immédiatement…

 

 

 







Enfin, pour finir ce petit tour des plages, finissons par celle de Lime Cay. Enfin, celleS.

En fait, Lime Cay est un ensemble de petits îlots situés juste au large de Kingston, la capitale. Ce sont les plages préférées des Jamaïcains huppés. Au moment de notre passage, une méga fiesta était en train de se préparer sur ce tas de sable (50m de diamètre, pas une herbe) : gros murs de baffles sur l’îlot, les stands de boissons à volonté, et des dizaines de bateaux amarrés tout autour. Bien sûr, il y a le concours de celui qui a la plus grosse ….  puissance sonore installée sur son bateau !

Bonjour la cacophonie !!

 

 


A suivre prochainement : les fonds marins !

 

 

hum... photos de qualité pourrie...j'vais voir pour améliorer ça...

Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 08:00
Bonjour à tous !


Me voila arrivé en Jamaïque ! Sacré voyage, plutôt usant ! Ca change des petits Tunis/Lyon...

En fait tout commença tranquillement, par le saut de puce à Paris (2h30 d'avion, pas plus). Départ sous la pluie, arrivée à Paris sous le brouillard...

Sous l'arc-en-ciel de Tunis

Les Alpes sous la neige.
On reconnaît Briançon, et la vallée de la Durance qui coule vers la droite... Sisi, j'vous jure!


Paris, 5 heures d'attente, et embarquement pour New York. Le plus dur commence...

Dès le départ, et le survol de la mer de nuages, nous nous sommes retrouvés avec le coucher de soleil. Et comme on tournait dans le même sens que la Terre, presque à la même vitesse, le moment semblait figé. Le coucher de soleil a duré 3 heures... Restaient 5 autres heures, très très longues. Heureusement qu'on avait des films et de la musique, et un personnel très sympa....

Coucher de soleil interminable.
En dessous, la France puis l'Atlantique sous la brume, pour changer!

Les caractéritiques de vol, en direct live, à environ 45 minutes de l'atterrissage.
Vitesse : 730 km/h (en phase d'approche)
Altitude : 12000 m
Température extérieure : - 60°C
Distance parcourue : 5245 km


Arrivée à New York, pour une longue nuit d'attente... Le sol des Terminaux est dur...
Avec le décallage horaire, la nuit dura 20h...

Le fléchage vers une chapelle... On est bien aux States!



Là où ça devint rigolo, c'est pour le vol New York / Kingston.
Le décollage était prévu à 10h locale... Durant l'attente, CNN tournait en boucle l'annonce d'un plan d'aide pour l'automobile, et les intempéries neigeuses dans le nord-est américain...
10 h : l'avion devait partir, mais un souci technique nous a retardé.
10h10 : premiers flocons par la fenêtre.
10h40 : l'avion bouge, on se dirige vers la piste de décollage sous la tempête de neige.
11h : au lieu de touner à gauche vers la piste d'envol, on va à droite pour le dégivrage...
11h50 : on retourne vers la piste d'envol, toujours sous la tempête de niege. La piste commence à blanchir, les champs ont presque 5 cm de neige...
12h : le pilote annonce l'annulation de la procédure de vol : après avoir tourné pendant 2h, il faut refaire le plein...
12h30 : on repart vers la piste d'envol. Et on finit enfin par décoller.

On ne faisait pas les fiers dans l'avion. Silence de plomb, certains commençaient à manifester des doutes. La pression s'évacuait par de gros éclats de rires lors des annonces du pilote ("Désolé on doit refaire le plein..." : "Mouhahaha"). Finalement le décollage a été applaudi.

Le début de la tempête de neige. Le camion rouge, c'est un "Snow Lift".

La piste est toute blanche.
Aucun souci pour le décollage, logique, les Jamaïcains sont des pros du pilotage sur glace, c'est bien connu !


La magie de l'avion, c'est que les distances sont parcourues très vite.
2 heures après le décollage sous la neige, nous survolions les Bahamas !!

Et voila enfin la Jamaïque, et ses forêts luxuriantes (et au relief plutôt particulier).


A bientôt, passez de bonnes fêtes !
Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 18:00
Bonjour à tous!

Tout d'abord, veuillez m'excuser pour le calme actuel sur le blog. Plusieurs excuses : pas mal de boulot, des sorties terrain, et une vieille bronchite qui m'a passablement fatigué.

Bref, il était temps de prendre quelques vacances, et de se ressourcer.
Vous ne le croirez pas, mais l'hiver tunisien n'est pas très drôle. Il fait plutôt frais, et l'air est très humide. C'est pire qu'un bon -10° dans nos montagnes, c'est certain. Et bien sûr, les bureaux et l'appart sont très mal isolés, et mal chauffés...



Donc demain, je décolle pour une escale de quelques heures à Paris, puis New York.... Et vendredi soir, je serai à Kingston, en Jamaïque, pour passer les fêtes avec David et d'autres potes de Grenoble.


Du coup, l'alimentation du blog risque d'être un peu difficile, mais j'essaierai de vous donner quelques nouvelles tout de même.

Au retour, je vous promets de finir de raconter notre expédition dans le sud Tunisien (il reste 4-5 articles à faire je pense), il faudra bien que je vous raconte nos aventures Jamaïcaines. Restez connectés donc!


D'ici là, j'vous souhaite à tous d'excellentes fêtes de fin d'année, profitez bien de la neige !!

Repost 0
Published by Julien - dans Jamaïque
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Julien : deux ans en Tunisie
  • : Bonjour! A travers ce blog, vous pouvez revivre mon séjour en Tunisie, avec photos, vidéos et bonne humeur à la clé! Bonne visite!
  • Contact

Rechercher

Catégories D'articles